Le label Voluntary Carbon Standard (VCS)

Le label VCS a été créé afin de facilité la mise en place de politique de compensation carbone par-delà le monde. De par son statut d’organisation non gouvernementale (ONG) à but non lucratif, ce label possède l’indépendance dont une telle  fonction exige. Plus de 1 000 projets ont déjà reçu ce label pour un peu plus de 130 millions de tonnes de CO2 évitées.

Quels sont les objectifs de la VCS ?

Les missions du VCS sont définis de la sorte sur leur site internet :

  • Fournir un programme de compensation volontaire robuste, simple d’utilisation et crédible afin de renforcer l’image du marché de la compensation volontaire du carbone.
  • Être des pionniers en matière d’innovations (méthodologiques, juridiques, technologiques) afin d’accompagner la mise en oeuvre des projets de compensation carbone.
  • Partager les connaissances et les bonnes pratiques dans le domaine des réductions des émissions de CO2 afin de créer une émulation positive pour tous les acteurs du changement climatique.

Les garanties proposées par le label VCS

VCS proposent 4 garanties pour ses projets de compensation volontaire :

  • Mettre oeuvre les meilleures pratiques ainsi les plus récentes.
  • Proposer une méthodologie solide dans le décompte des émissions de gaz à effet de serre ainsi que de nombreux scénarios de compensation différents.
  • Des audits sérieux permettant d’affirmer l’indépendance et l’équité du travail réalisé par VCS
  • Un système de registre transparent qui assure que les crédits CO2 sont bien uniques et parfaitement traçables.

Quelles différences avec le label ONU ?

Le label VCS est né suite à l’implication de la société civile à travers la réflexion de plusieurs ONG spécialisées dans la lutte contre le réchauffement climatique comme le Climate Group. Leurs connaissances sur les questions liées à la compensation carbone n’est donc pas à remettre en cause.

La grande différence provient surtout du fait que les réductions de CO2 liés à des projets de compensation labélisés ONU sont directement intégrés dans l’inventaire internationale des émissions de CO2. Il n’y a donc aucun risque de double comptage.

Le Compte CO2 fait partie d’un projet MOC de l’ONU, il possède donc le degré de certification le plus élevé que puisse obtenir un projet de compensation carbone.

Découvrir
Cela peut vous intéresser