L'environnement au coeur du 13ème Plan Quinquennal chinois

Le 13ème Plan Quinquennal de la Chine pour 2016-2020 a été annoncé par l'Assemblée Nationale Populaire dans un contexte de craintes et d'incertitudes sur la croissance chinoise. Dans un pays qui pèse plus de 30% des émissions de Co2 mondiales, les réformes ont concerné en priorité le redressement de l'économie chinoise et la transition énergétique.

Le 13ème Plan Quinquennal ou le dogme de la croissance saine

Sur ses 13 objectifs principaux, le gouvernement chinois de Xi Jinping a consacré 10 points à l'environnement et au développement durable. La Chine déjà en avance sur de nombreux pays en matière d'énergies renouvelables projète d'accélérer sa transition énergétique, elle a pour cela d'ores et déjà annoncé des objectifs chiffrés que les experts internationaux jugent crédibles et même en deçà des avancées futures. Les consommations d'eau, d'énergie et les émissions de Co2 devraient ainsi diminuer respectivement de 23%, 15% et 18% ; les zones forestières occuperont elles 23% du territoire si les buts du 13ème Plan Quinquennal sont pleinement atteints. Fait annonciateur, en 2014 et 2015, la Chine réussissait pour la première fois à réduire sa consommation de charbon annuelle et passait sous le seuil symbolique de 50% des consommations mondiales.

Jusqu'alors tournée massivement vers les exportations de produits manufacturés, la Chine souhaite opérer une profonde modification structurelle de son économie en développant les services et en favorisant un marché intérieur fort de 1,3 milliard d'habitants. Depuis 3 ans la Banque Centrale Chinoise abaisse successivement ses taux directeurs pour faciliter l'accès au crédit et recentrer sa croissance sur la consommation nationale tandis que le gouvernement investit plusieurs milliards de yuans dans les infrastructures routières et ferroviaires pour connecter l'ensemble du pays.

Le plus grand marché du carbone au monde

L'annonce phare que Xi Jinping a annoncé en personne est la mise en place d'un marché du carbone en Chine d'ici 2017 sur le modèle du marché européen des droits à polluer.Le gouvernement chinois veut - à l'instar du CompteCo2 - donner de la valeur aux émissions de Co2 pour inciter les entreprises à réduire leur bilan carbone annuel. Mais à la grande différence de ce-dernier le marché chinois devrait être deux fois plus volumineux. Il est dès lors nécéssaire pour le gouvernement chinois de rendre le plus transparent possible les transactions qui se dérouleront dans le cadre de ce marché du carbone, une tâche difficile mais pas insurmontable pour un pays immense comme la Chine.

Découvrir
Cela peut vous intéresser