Les avantages du chauffage au bois

Quoi de plus relaxant qu'un bon feu de bois en fin de journée pour réchauffer ses pieds ? La convivialité et la particularité de ce mode de chauffage a déjà convaincu plus d'un français. Ce n'est pourtant pas le seul avantage du chauffage au bois, et c'est d'ailleurs ce que nous allons vous montrer.

Chauffage au bois : des rendements croissants

Le principal reproche que l'on a longtemps fait au bois est de proposer des rendements énergétiques inférieurs que la moyenne. Ceci n'est plus vrai aujourd'hui. Les chaudières à bois ou à granulés de bois modernes offrent des rendements de l'ordre de 90%. En d'autres termes le rapport bois brûlé/chaleur dégagé accepte des pertes d'environ 10%. C'est dans le même ordre de valeur qu'une chaudière gaz à condensation et bien au-dessus d'une chaudière classique.

Il existe de plus des systèmes conçus tout spécialement pour conserver la chaleur des cheminées. Les inserts de cheminées sont par exemple des installations permettant de contrôler la diffusion de la chaleur d'une cheminée. Un feu de cheminée ordinaire est très peu efficace - approximativement 20 à 30% de rendement énergétique - là où son homologue équipé d'un insert grimpe à 70% voire 90% si des pellets sont substitués au bois.

Une plus grande agilité

L'usage des équipements de chauffage varie grandement selon leurs caractéristiques. Tout comme les chaudières classiques, il existe des modes de chauffage au bois dont la fonction est de réchauffer l'ensemble du foyer : ce sont les chaudières à bois ou à granulés de bois. Mais d'autres n'ont qu'un usage limité, il s'agit alors de chauffage d'appoint. On trouve parmi ceux-ci les poêles à bois ou à granulés de bois. Ces-derniers sont très utiles lors des pics de froids en saison douce pour éviter de chauffer l'ensemble du logement.

Des prix défiants toute concurrence

Depuis maintenant 2 ans, le prix du bois est au plus bas et demeure l'énergie la plus compétitive du marché. Selon la base de données Pégase du gouvernement le prix moyen du kilo de granulés en mars 2016 équivalait à 0,27€. Le prix oscille entre 0,26€ et 0,28€ au kilo depuis maintenant 3 ans témoignage de la solidité du marché du bois. Dans le même temps les ventes de poêles et chaudières à bois chutent depuis 2014 : la demande de bois domestique devrait logiquement diminuer occasionnant une pression à la baisse sur les prix des granules et bûches.

Une énergie verte

Contrairement aux énergies fossiles traditionnelles - fioul, gaz, GPL - le bois n'émet pas de CO2. Les émissions de CO2 du bois sont compensés par la photosynthèse. Le Compte CO2 compte ainsi le bois dans les énergies vertes n'émettant pas de CO2. En remplaçant une installation fournie aux énergies fossiles par un équivalent alimentée en bois il est souvent possible de toucher une prime auprès du Compte CO2, qui plus est versée chaque année pendant 10 ans !

Découvrir
Cela peut vous intéresser