Les émissions de CO2 des moyens de paiement

Quand nous achetons un produit ou un service, nous avons plusieurs choix pour le payer : téléphone mobile, carte bancaire, virement bancaire, chèque ou espèces par exemple. Chaque solution de paiement émet plus ou moins de CO2. C’est le paiement par carte bancaire qui émet le moins de CO2, et le paiement en espèce qui en émet le plus.

Pour vous aider à connaitre vos émissions de CO2 lorsque vous acheter un produit, voici l'évaluation des émissions de CO2 de chaque moyen de paiement issue de l’étude réalisée par Ernst & Young et Bio Intelligence Service, pour la fédération bancaire française.

J’émets combien de CO2 quand je paye par carte bancaire ?

Environ 3 g de CO2, pour un paiement chez un commerçant, et 4 grammes de CO2 pour un paiement sur internet. Ce calcul prend en considération tous les aspects liés au paiement par carte, c’est à dire que l’on calcul les émissions sur le cycle de vie complet du paiement. Par exemple, sont pris en compte les impacts de la fabrication de la carte (dont le circuit intégré des puces), la part des trajets effectués en voiture pour la distribution de la carte, la production des tickets papier " client " et " commerçant " du Terminal de Paiement Électronique (TPE), l'utilisation du TPE et des serveurs d'archivage des données (consommation électrique). Pour les paiements sur internet, sont considérés les équipements de connexion à internet (ordinateurs, tablettes). Les impacts sont principalement associés à la fabrication de ces équipements et à leur utilisation, consommatrice d'électricité.

En moyenne, en 2014 chacun effectuait environ 150 paiements par carte par an, soit des émissions de 525 grammes de CO2. Un demi kilo, autrement dit, rien du tout ! C’est le moyen de paiement à privilégier. D'ailleurs, en France, c'est aussi le moyen de paiement privilégié des Français. Ça tombe bien !

J’émets combien de CO2 quand je paye par chèque ?

Environ 15 g de CO2, par chèque. Comme pour les cartes de paiement, le calcul prend en compte le cycle de vie complet du paiement. Les impacts environnementaux du paiement par chèque proviennent surtout de la production de papier et de la part des trajets effectués en voiture pour la récupération des chéquiers et le dépôt des chèques dans les agences.

En 2014, en les français ont signé environ 2,5 milliards de chèques (pour une valeur moyenne de 490 euros par chèque), soit des émissions de 37 500 tonnes de CO2. Il s’agit des émissions les plus facile à supprimer : nous pouvons remplacer les chèques pour payer nos amis ou notre club de sport par un virement à partir de notre téléphone portable. Essayez à partir de votre Compte CO2, c'est fait pour ça !

J’émets combien de CO2 quand je paye en espèces ?

Aie, aie aie : 22 g de CO2 environ, pour un paiement de 40€ effectué avec des billets de 20€ et 10€ et des pièces de 2€, 1€ et 50 centimes. C’est le pire des paiements ! Les émissions dépendent bien entendu du « mix » pièces et billets. Plus il y a de pièces, plus les émissions de CO2 augmentent.

Les émissions du paiement en espèces proviennent principalement des étapes logistiques liés à la circulation des espèces (transports de livraison et de ramassage avec des camions transport de fonds). On critique souvent le Bitcoin pour sa consommation énergétique, mais franchement, il n'y a pas pire que le paiement en espèces !

En 2014, en les français ont effectué environ 12,6 milliards de paiement en espèces pour un montant moyen de 120 € par paiement, soit environ 66 grammes de CO2 par paiement, et un total de 833 000 tonnes de CO2 par an. Si on additionne les émissions liés aux chèques nous sommes presque à 900.000 tonnes de CO2 par an, que l’on pourrait arrondir à 1 million de tonne CO2 pour garder un ordre de grandeur simple en tête. 1 million par an, sur les 500 millions que la France émet chaque année, c’est tout de même 0.2% des émissions carbone du pays.

Alors, bien que 66% des français utilisent l’argent liquide en priorité ou en second choix, on peut facilement remplacer ces modes de paiement obsolètes en payant à partir de notre téléphone portable, avec un Compte CO2 par exemple....

On voit par là qu'il s'agit aussi d'un argument majeur pour passer vers une société sans cash. A minima, les banques pourraient compenser les émissions de CO2 de ce mode de paiement.

Compte CO2 favorise les modes de paiements non émetteur de CO2

Compte CO2 est une néo-banque sur mobile autorisant uniquement les paiements par carte bancaire et de portable à portable, ceux qui sont les moins émetteurs de CO2. Compte CO2 est un compte bancaire, dédié à la lutte contre le changement climatique, grâce à la nouvelle monnaie CO2. Tous les comptes sont tenus en monnaie CO2, plutôt qu'en euros. Cette monnaie n'existe que si l'on réduit nos émissions de CO2. Ainsi quand vous créditez votre Compte CO2 de 1000 CO2, avec 52,64 euros, vous ne pouvez recevoir ce crédit que si une tonne de CO2 est retirée de l'atmosphère.

Découvrir
Cela peut vous intéresser