Les Français de plus en plus touchés par le découvert bancaire

Les Français sont de plus en plus nombreux à demander une autorisation de découvert bancaire, pour des montants qui eux aussi ne cessent d’augmenter. Une enquête a été réalisée en 2017 par Panorabanques.com, dans le cadre d’une étude sur les Français et le découvert. Celle-ci montre que 68% des Français souhaitent disposer d’une autorisation de découvert. Mais pourquoi de plus en plus de personnes sont-elles adeptes du découvert bancaire, surtout lorsque l’on sait les frais que cela engendre ?

Le découvert bancaire : le fléau des Français

Les foyers les plus modestes (ceux qui versent moins de 1500€/mois sur leur compte bancaire) restent ceux qui sont les plus concernés par le découvert bancaire, même si ce fléau touche encore toutes les catégories sociales. En effet, seuls 13% des foyers versant plus de 3000€ sur leur compte bancaire, sont confrontés au découvert, contre 27% pour ceux qui versent moins de 1500€.

Les causes du découvert bancaire sont rarement volontaires surtout pour les foyers les plus modestes. En effet, ces foyers doivent souvent faire face à des difficultés financières du fait de leur salaire peu élevé en comparaison à leurs charges fixes et variables mensuelles. Ainsi, le schéma suivant, (issu de l’enquête réalisée par Panorabanques auprès de 69 336 sondés entre mai 2015 et avril 2016), montre que 23% des Français restent tout de même confrontés au dépassement bancaire au moins une fois par mois.

En ce qui concerne les foyers les plus aisés (ceux qui versent plus de 3000€/mois), le découvert reste dans la majeure partie des cas, lié à de la négligence. Il est vrai que plus on a d’argent, plus on est tenté de dépenser. C’est pour cela que 52% des personnes sondées faisant partie des ménages les plus aisés, déclarent avoir au moins une fois dans l’année, dépassé la limite du découvert autorisé.

alt

Le schéma ci-dessus, montre donc, que 60% des Français doivent faire face au découvert au moins une fois de l’année. Un chiffre, conséquent donc, pour les ménages les moins aisés, surtout lorsque l’on sait les frais qu’un découvert bancaire engendre.

Les frais liés au découvert bancaire: les foyers modestes confrontés à leurs difficultés financières

Les découverts bancaires sont fortement problématiques surtout pour les ménages les plus modestes. Les dépassements de découvert autorisé coûtent chers, il faut compter environ 60€/an, sans compter les agios.

Afin de limiter les abus des banques, des mesures ont été prises. En effet, la régulation bancaire de 2013 concernant le plafonnement des commissions d’intervention permet de réduire les frais liés au découvert bancaire. Même s’il est effectivement possible, de négocier avec sa banque l’autorisation de découvert, ce service est souvent accordé aux personnes ayant un emploi stable et des revenus tous les mois.

Admettons, que la banque accorde une autorisation de découvert à son client, celui-ci peut se voir imputer des frais pour dépassement du découvert, c’est ce que l’on appelle, les agios. Quelles sont les causes de ces frais pour les foyers les moins aisés ?

  • Les coûts facturés aux clients explosent dès lors qu’il y a dépassement du découvert, ou qu’un paiement est rejeté;
  • Le comportement de la population a nettement évolué, et une surconsommation est constatée.

Selon une étude réalisée par l’association 60 millions de consommateurs et l’Union national des associations familiales (Unaf) se basant sur les données récoltées en 2016, les consommateurs en difficulté financière persistante, se voient prélever près de 300€ par an, contre 34€ en moyenne par an, pour un client lambda (basée sur un panel de 600 personnes).

Quelles solutions pour éviter les frais bancaires ?

Il existe quatre type de frais bancaires:

  • Les frais bancaires liés au dépassement du découvert bancaire: si votre compte courant est à découvert sans autorisation sur une période excédant 30 jours.
  • Les frais de commissions bancaires: regroupe les frais liés à la gestion de compte, la mise à disposition d’une carte bancaire, le paiement hors zone euro ,l’envoi d’un chéquier, etc.
  • Les frais de rejet bancaire: lorsque la banque rejette vos paiements car le découvert dépasse le montant autorisé par votre banque et dans votre contrat
  • Les commissions d’intervention: lorsque la banque rejette vos chèques ou prélèvements (montant très élevé, et estimées illégales par les tribunaux).

Vous pouvez tout de même tenter de vous faire rembourser vos frais de commission d’intervention en prenant rendez-vous avec votre conseiller.

A savoir que le décret n°2013-931 du 17 octobre 2013 déclare que les commissions d’intervention en cas de dépassement du découvert autorisé en peuvent dépasser 8 euros par opération et 80 euros par mois, depuis le 1er janvier 2014.

Afin d’éviter les frais bancaires indésirables, vous pouvez opter pour la Carte CO2. Il s’agit d’une carte de paiement accompagnée d’une application mobile. C’est un compte sans banque, rejoignant ainsi, la catégorie des néo banques.

Les principaux atouts de la Carte CO2 sont que d’une part, vous avez la possibilité de piloter toutes les fonctionnalités de votre carte de paiement via l’application mobile Carte CO2. Plus besoin donc, de passer par votre banquier. Ensuite, le découvert n’est pas autorisé, vous ne risquez donc pas de frais bancaires pour dépassement du découvert. Puis, la Carte CO2 permet de faire circuler la monnaie CO2, donc de contribuer à la lutte contre le changement climatique tout en veillant à votre budget mensuel.

Découvrir
Cela peut vous intéresser