Primes et subventions liées à l’achat d’une chaudière gaz à condensation

L’acquisition d’une chaudière gaz à condensation peut s’avérer onéreux (entre 4 000 et 7 000 € suivant la puissance et le modèle). Il existe cependant de nombreuses aides et subventions publiques pour vous aider à réaliser vos travaux de rénovation énergétique et l’installation d’une chaudière gaz à condensation en fait partie. Cliquez sur les titres des différentes sections afin d’en savoir plus.

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE)

Le changement de votre ancienne chaudière pour une chaudière gaz à condensation vous donne droit à un crédit d’impôt grâce au CITE. Votre chaudière doit être installée dans votre résidence principale où vous devez habiter depuis plus de deux ans. L’installation doit être réalisée par un professionnel.

Le CITE dans le cas d’une chaudière gaz à condensation vous donne droit à un crédit d’impôt de 30%.

L’éco-prêt à taux zéro

Ce prêt est accordé dans le cadre de travaux de rénovation énergétique. Il permet de réaliser un emprunt dont les intérêts sont nul (0%) afin d’inciter les particuliers à se lancer dans la rénovation énergétique. L’achat d’une chaudière gaz à condensation vous permet parfaitement d’obtenir un éco-prêt à taux zéro.

Certificats d’économie d’énergie (CEE) ou prime énergie

Le système des certificats d’économie d’énergie permet de financer une partie de votre investissement initiale à l’achat d’une chaudière gaz à condensation. Cette prime énergie peut s’élever à plusieurs centaines d’Euros. Il est ainsi conseillé de faire marcher la concurrence du marché des certificats d’économie d’énergie afin d’obtenir les propositions les plus intéressantes. N’oubliez pas faire la demande de votre prime énergie avant la réalisation de vos travaux de rénovation énergétique afin que celle-ci soit valable !

Prime ASE exceptionnelle de 2000 €

Sous certaines conditions de ressource, vous pouvez recevoir une aide exceptionnelle de 1 600 € ou 2 000 € pour l’exécution de travaux de rénovation énergétique. Cette aide est cumulable avec l’éco-prêt à taux zéro, les certificats d’économie d’énergie ou encore le crédit d’impôt développement durable.

L’Agence Nationale de l’Habitat (Anah) peut subventionner une partie de vos travaux à hauteur de 35 à 50% du montant des dépenses engagées. Une prime supplémentaire de 3 000 € peut être versée si les travaux permettent de réaliser des économies d’énergie de plus de 25%.

Livret Développement Durable

Si l’éco-prêt à taux zéro ne vous permet pas de rembourser la totalité des travaux de rénovation énergétique, les banques se doivent de vous proposer des “prêts verts” à des taux d’intérêts intéressants et incitatifs. Renseignez-vous auprès de votre banque afin d’en savoir plus sur ces prêts qui ne répondent pas à des règles plus précises.

Aides locales et régionales

Ces aides vont varier suivant le lieu où vous habitez. Elles peuvent provenir de la région, de votre conseil général ou encore de la collectivité territoriale où vous habitez. Il est conseillé de prendre des renseignements auprès de votre ADIL (Agence Départementale d’Informations sur le Logement) ou encore d’appeler l’Espace Info Energie (EIE) de votre localité.

La monnaie climatique du Compte CO2

La monnaie climatique (les CO2) que vous pouvez toucher grâce au Compte CO2 va dépendre directement des réductions de CO2 que vous allez réaliser. Ces réductions dépendent d’un certains nombres de facteurs. Vous pouvez toucher chaque année, une quantité jusqu'à 2 000 CO2, valant  jusqu’à 100 €. Ces CO2 permettent d’amortir sur la durée votre investissement initial.

Découvrir
Cela peut vous intéresser